Raymond Oesknar

"Auvairniton Bourgrire" Mes récits sur la seconde guerre mondiale

Une balade en tank vers la Belgique

Récit écrit le : par : Raymond Oesknar , tiré du livre : "Auvairniton Bourgrire" mes récits de 39-45 .

Quelle belle journée aujourd'hui pour escorter un tank, le chemin le plus direct se situe sur des petits sentiers qui longe les champs et une rivière, une bonne occasion de profiter de ce calme, de découvrir la nature et de parler avec Marius, Charles, Bruno et Bernard.

IllustrationWikipédia

Et ce jour-là, Marius est plutôt en grande forme et commence par une phrase magistrale "quelle beau temps pour se gratter les couilles" ! Marius est très en forme c'est le cas de le dire, à ce moment-là Bruno lui lâche:" si tu grattes c'est que t'les pas propres!" à c moment tout le régiment se met à exploser de rire...
Mais c'est fini maintenant, il faut escorter ce tank modèle Hotchkiss H-39, nous devons l'avancer plus au nord vers la Belgique pour soutenir les troupes sur place vers une attaque imminente, cela devrait être une balade de santé mais n'oublions pas que nous sommes en temps de guerre et qu'une attaque aérienne contre le char pourrait vite arriver, le moyen pour nous serais de courrier vite et de s'éparpiller.

Même si le risque est minime, nous restons sur notre garde au cas où où petit convoi d'Allemand serait caché dans les herbes hautes des champs parmi les coquelicots. C'est l'occasion pour moi de parler avec Charles, vous savez, celui qui chantonne régulièrement! 

Et là, j'apprends que Charles du haut de ses vingt cinq ans a déjà quatre enfants, quatre filles laissées à la maison pendant que lui risque sa vie à chaque instant, Charles est très inquiet pour ses filles et sa femme, il espère quelle arrivent à manquer de rien, c'était le seul à travailler, ils avaient bien quelques économies mais pas pour tenir plus d'un an, surtout avec quatre bouches à nourrir...

Il me confie aussi que chaque chansonnette murmurée est dédiée à un membre de sa famille accompagnée d'une prier pour que Dieu bénisse sa famille et ses proches, Sympas ce Charles pour avoir échangé quelques mots avec moi, voilèrent déjà 25 kilomètres de fait sur un soleil de plomb et sans ennemis en vue.
Mais d'un seul coup, Bernard s'arrête et regarde ma terre, "venez voir les gars" s'écrit-il, nous nous approchons et la Bernard nous montre un insecte minuscule qui a la particularité d'avoir une seule patte et quatre ailes, son nom scientifique et le (rikochiko ellokolobo), Bernard est un as de la science en général il était d'ailleurs prévu pour lui de faire beaucoup d'études avant de se retrouver dans nos rangs.

Pendant plusieurs minutes Bernard nous expliquent à quoi sert cet insecte curieux, le rikochiko ellokolobo ne se pose jamais, doté de ses quatre ailes, cela lui permet de voler 24 heures sur 24, sa jambe a été longtemps perçue comme un attribue masculin... Cet insecte est très important pour l'équilibre de la nature car il consomme les pucerons comme sa cousine la coccinelle.

Je ne pense pas que je vais retenir tout ce que Bernard nous a dit, mais peus importent, le temps passe plus vite et nous avons fait les trois quarts du voyage, aucun accident en vue, le tank et en entier et pas d'avions dans le ciel, sans nos armes destructrices ont senti presque un vent de liberté.

Je pense malheureusement que c'est le calme avant la tempête, et que l'adjudant-chef prépare la prochaine mission d'auvainiton bourgrire, nous serons enfin fixés sur l'objectif, il paraît qu'il faut faire un assaut sur un bunker et voler les plans de guerre de l'ennemi.

Tiens, je vois les premiers Belges là-bas, nous sommes donc prêts du but, "Salut l'ami" dit le Belge avec un drôle d'accent, "Je m'appelle Yannot, je vais vous accompagner pour les cinq derniers kilomètres".
Yannot est chargé de nous escorter jusqu'à la grange qui est cachée dans la forêt pour y cacher le Tank Hotchkiss H-39 et toutes nos armes, les artilleries et bazooka. Après quelques échanges avec Yannot, nous apprenons qu'il est pharmacien et passionné par la médecine par les plantes, en particulier la menthe .
Ils nous affirment qu'il soigne beaucoup de maladie bénigne avec les plantes de la nature, il m'a même offert une petite liste de médicaments miracle.

Nous voilà enfin arrivé, c'est le moment de manger notre traditionnelle soupe de pois avec le régiment et quelques Belges.